Aides, démographie et métiers en tension : l’apprentissage en 2025

Que se passe-t-il sur l’apprentissage ? Le gouvernement souhaite-t-il réduire les aides ? Que pense le Sénat, l’Assemblée nationale ? Les choses bougent. Yves Hinnekint répond aux questions de B Smart.

Des changements en 2024, ou en 2025 ?

NDRL : Le Sénat, le 23 novembre dernier, a décidé de réduire globalement ce qui était fixé pour les jeunes.

Y.H. Je suis inquiet de ce genre de décision future. Est-ce que c’est validé ? Non, parce que c’est la navette habituelle entre l’Assemblée et le Sénat, et de nouveau l’Assemblée. Le Ministre du travail a dit qu’on ne toucherait pas à la prime (de 6 000 € pour l’embauche d’un apprenti, pour 2024).

Mais ce qu’on est en train de faire, c’est préparer l’exercice 2025. Donc oui, je suis inquiet. Pas pour 2024, mais pour 2025. Mais revenons un peu en arrière.

L’alternance en 2018 vs 2023

Y.H. En septembre 2018, on voulait désacraliser. On voulait ouvrir les chakras à l’apprentissage. Et ça a marché. Je pense que, à l’époque, si on leur avait dit qu’on passerait de 300 000 apprentis à 950 000 apprentis, tout le monde aurait signé.

Aujourd’hui, on n’est pas dépassé. On a en face de nous une vraie réussite de l’apprentissage. Le problème ?

Ça coûte cher, dit le gouvernement.

Ça coûte cher, car on finance avec le même budget qu’en 2018, trois fois plus d’apprentis. Et on regarde la chose sous l’angle du coût mais pas de l’investissement.

route en évolution dans une forêt

L’enseignement supérieur en apprentissage, un levier d’ascension sociale

Walt et la Fédération Syntec ont récemment présenté une étude exclusive, menée par Goodwill Management, qui explore… Lire la suite de L’enseignement supérieur en apprentissage, un levier d’ascension sociale

Retour sur les derniers mois compliqués de l’alternance

Y.H. Je rappelle qu’en septembre dernier (2023), tombe une réduction de 5 % de l’enveloppe allouée. Et là, les CFA et Walt sont montés au créneau en disant :  « On a l’inflation et en plus vous nous réduisez l’enveloppe versée aux organismes de formation. »

C’est comme si on avait 950 000 apprentis avec le même budget que pour 350 000. Il faut faire des économies. Et les économies ? On essaie de les faire sur le niveau de prise en charge du coût d’apprentissage en 2022.

Ce niveau de prise en charge a été raboté de 10 % en 2023. Aujourd’hui, il y a déjà un effort qui a été fait par la profession, par les écoles, par les CFA.

Certains CFA commencent à se dire : “Je ne vais pas ouvrir des cohortes, je ne vais pas ouvrir des sessions parce que je commence à perdre de l’argent si je n’arrive pas à avoir un certain nombre d’apprentis.”

Ce qui va tarir finalement, doucement, ces filières d’alternance qui étaient plutôt des filières d’excellence et d’alternance.

Un double discours « comptable » du gouvernement ?

NDRL : Comptable, France compétence indique 2 milliards d’€ de déficit, qu’il faut réduire. Communicant, il faut aller vers le plein emploi.

Y.H. Il y a un antagonisme. On a un président de la République qui décide de booster l’apprentissage. C’est un dispositif phare pour lui. Ça participe aussi à la création d’emplois, bien sûr.

Rappelons que l’alternance est le tiercé gagnant pour un jeune, dans l’ordre : une formation payée par l’entreprise à travers son organisme, une rémunération, il se fabrique au fur et à mesure. Et cerise sur le gâteau, 70 % des jeunes trouvent une insertion durable à la fin de leur contrat. Il y a encore quatre ans, on évoquait ce sujet.

C’est compliqué en France, le chômage des jeunes. Aujourd’hui, on a trouvé une formule qui fonctionne, on peut la faire progresser, on peut faire des économies, mais ça marche.

Les aides de l’alternance, plus ciblées ?

NDRL : Le Sénat évoque l’idée de capter les aides de l’alternance à hauteur de bac +2.

Y.H. Revenir à l’apprentissage pour les moins bons niveaux de qualification, ça veut dire retourner à l’apprentissage d’avant les années 60.

L’apprentissage est bon pour tous les niveaux de qualification, du premier niveau jusqu’à bac +5.
On voit beaucoup de prises de paroles et de positions pour dire qu’il ne faudrait pas que l’apprentissage aille à l’enseignement supérieur, aille au-delà de bac +2. Mais au contraire, il faut continuer à montrer aux jeunes que l’alternance peut aller sur tous les métiers, tous les diplômes.

route en évolution dans une forêt

L’enseignement supérieur en apprentissage, un levier d’ascension sociale

Walt et la Fédération Syntec ont récemment présenté une étude exclusive, menée par Goodwill Management, qui explore… Lire la suite de L’enseignement supérieur en apprentissage, un levier d’ascension sociale

Au quotidien, on voit que l’alternance permet aux jeunes d’accéder à des formations auxquelles ils n’auraient pas pu accéder sinon.

Ça permet aux jeunes qu’ils se payent leurs études, sans « papa et maman ». Ils gagnent en autonomie, en indépendance financière, et en compétences.

Certes, il faut faire des économies, travailler ensemble sur la prime, mais sans discrimination entre telle catégorie de diplômes et telle catégorie d’entreprises.

Regardons la chose sous l’angle de l’investissement, pas sous l’angle du coût. Et globalement, sous l’angle de l’investissement, l’alternance ça rapporte.

L’alternance, les métiers en tension et la démographie

Y.H. On s’inquiète aussi d’un tarissement d’un certain nombre de secteurs manuels sous tension. Dans ces secteurs, c’est pareil, si on laisse faire, les écoles vont fermer. Alors qu’on manque de chaudronniers, de soudeurs, de bons techniciens…

Depuis quelques années, on est sur une courbe démographique qui commence à stagner. Aujourd’hui, les entreprises ont bien le réflexe de l’alternance, c’est en soi une victoire. Par contre, on a peut-être un peu moins de jeunes qui peuvent intégrer ces emplois, ce qui donne des métiers, des formations, en tension.

Dans ce cas, il faut le dire encore aux jeunes : “Allez sur les filières d’alternance, ce sont des filières d’excellence ! Elles vous permettent de pouvoir vous immerger vraiment longtemps. Un Combo gagnant.

Voir l’interview complète d’Yves Hinnekint sur l’apprentissage en 2024-2025

Et voici le lien direct : https://www.bsmart.fr/video/22601-smart-job-14-decembre-2023

Les actus Walt

frame 1

Étude 2024 : L’alternance, un dispositif qui a trouvé sa place

L’alternance a trouvé sa place dans le paysage de la formation. Après plusieurs années de croissance à deux chiffres, l’alternance a atteint son rythme de croisière. Détails avec les résultats du dernier baromètre de l’Observatoire de l’alternance Lire la suite de Étude 2024 : L’alternance, un dispositif qui a trouvé sa place

brooke cagle whwybmtn3 0 unsplash

CFA : comment mieux travailler avec les OPCO

Retrouvez le résumé du replay avec Opco Atlas, Opco EP, et l’Opcommerce, ainsi que LA checklist pour un dossier alternance réussi. Lire la suite de CFA : comment mieux travailler avec les OPCO

walt simple naruto

Mentorat entre Pairs dans les CFA : le Guide Essentiel

Chez Walt, nous sommes convaincus que le mentorat, parce qu’il permet justement la sécurisation des parcours, permet justement de lever ses freins et d’éviter les taux de rupture en alternance. Le mentorat entre pairs est différent du mentorat classique, ou du tutorat qu’il ne faut pas confondre. Nous avons interviewé le Ministère de la jeunesse et des sports, l’école Talis, et notre mentor chez Walt pour créer ce guide complet. Lire la suite de Mentorat entre Pairs dans les CFA : le Guide Essentiel

fond itv p gloaguen real

Pourquoi avoir créé le guide du Routard de l’Alternant ? Avec Philippe Gloaguen

Walt et les éditions Hachette publient chaque année le Guide du Routard de l’Alternant. Ce guide a une vocation : la promotion de l’alternance au bénéfice du plus grand nombre de jeunes. Mais pourquoi un guide du Routard, de l’Alternant ? Réponses avec le créateur de cette marque iconique. Lire la suite de Pourquoi avoir créé le guide du Routard de l’Alternant ? Avec Philippe Gloaguen

plan apprentissage Alain Druelles

Préparer votre CFA pour 2024/2025, l’entretien d’Alain Druelles

Du contexte de la formation à l’ambiance actuelle de l’alternance en France, découvrez les futurs possibles et les décisions gouvernementales à venir, avec Alain Druelles, fondateur associé de Quintet Conseil. Lire la suite de Préparer votre CFA pour 2024/2025, l’entretien d’Alain Druelles

capture yh be smart

Aides, démographie et métiers en tension : l’apprentissage en 2025

Que se passe-t-il sur l’apprentissage ? Le gouvernement souhaite-t-il réduire les aides ? Que pense le Sénat, l’Assemblée nationale ? Les choses bougent. Yves Hinnekint répond aux questions de B Smart. Lire la suite de Aides, démographie et métiers en tension : l’apprentissage en 2025